Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mon voisin Cocoro [Pv: Coban]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
{Ismael Arundhati}
Terrienne.
Terrienne.
Ismael Arundhati

Messages : 53
Date d'inscription : 06/11/2009
Localisation : Mate Tael *W*

Feuille de personnage
Relations:
Inventaire:

Mon voisin Cocoro [Pv: Coban] _
MessageSujet: Mon voisin Cocoro [Pv: Coban]   Mon voisin Cocoro [Pv: Coban] EmptyDim 30 Mai - 0:58

Un soupire et le bruit d’une pierre qui rebondit dans le vide intersidérale du quartier des armées à une heure du matin… voila les seules traces de présence d’Ismael qui se noyait dans la noirceur de la nuit. Unique âme qui vive visiblement, même les patrouilles semblaient avoir abandonné l’idée de se balader dans le coin. En effet, depuis quelques minutes… (à moins qu’une heure ne soit déjà passée depuis qu’elle avait laissé le voyageur nemesien pour poursuivre sa route) un vent brulant venant du désert de cendres c’était levé, augmentant la température et piquant les yeux, faisant gronder le ciel et grincer les arbres environnants. Un orage devait se préparer… et être seul pour l’affronter n’était pas bien rassurant pour l’adolescente qui se sentait déjà à bout. Que foutait donc Tael ? Pourquoi n’était il toujours pas là ? Levant une nouvelle fois ses yeux vides vers le ciel, un petit grognement de douleur lui échappa. Elle marchait… elle marchait… et ça ne voulait pas s’arrêter. Combien de temps ? Toute la journée au moins… et même sans user de son don plus de quelques secondes, un mal de crane venait lui vriller le cerveau et l’empêchait de réfléchir correctement.

Du stop… mon royaume pour un stop. Une voiture… une moto… un tapis volant ou une autruche mutante. Mais du stop… je vous en prie mon Dieu

Mais les taxis n’existent pas sur Ataraxia… pas même les chaussure de marche confortable durant plus de 6 heures de marches comme en témoignait la douleur dans ses pauvres petits orteils. Elle aurait beau prier et supplier, il y’avait peu de chance qu’on réalise ses prières et ses envies. Décidément, la métis ne s’éloignerait plus jamais de son maitre ! Voila ce qu’elle devait supporter, entre l’attaque de chimere, l’explosion, l’attaque des gardes, si c’était pas une journée de merde ! Et pour couronner le tout… c’était en subissant une marche forcée qui n’avait pas de fin et qui avait pour comme prochaine étape le Golem du quartier de l’armée. Bien que basique, la carte d’Ataraxia que connaissait la voyageuse était assez claire sur ce sujet, peu importait où on était, le moyen le plus sur pour se rendre sur les terres Shiveraines c’était tout droit après le Golem ! Pas compliquée… mais comme les distances paraissaient bien plus courte sur sa carte mentale.

Pour la suite et bien…une fois là bas, Ismael s’autoriserait une petite pause avant de se diriger vers les terres de son clan pour la dernière ligne droite jusqu’à la termitiere ! Une fois là bas il serait bien plus facile de se faire reconnaitre par un des clans et de rentrer… enfin si elle ne mourrait pas en cours de route. Ne pas penser à cette possibilité, rester POSITIVE
La jeune fille inspira longuement et passa une main dans ses cheveux légèrement poussiéreux et coiffés en deux petites couettes hautes.
Voila… si elle survivait à cette randonnée et aux « tendres » retrouvailles avec son maitre, il ne fallait pas douter que cette fabuleuse aventure la ferait rire dans quelques années… ou pleurer ses pieds détruits, au choix. faites que ce soit le premier… et faite que Tael ne me trucide pas ! Apres tout c’est pas de ma faute ! Moi je me contente de rentrer sagement c’est lui qui fait pas son boulot .
Perdue dans ses pensées, Ismael continuait d’avancer difficilement ses pieds vers l’avant, laissant sa veste de cuir se balancer doucement autour de ses hanches à chacun de ses pas et révéler deux dagues de jets pendant à la ceinture de son short noir. Pour faire face à la chaleur, la jeune fille en était réduite à tenter de s’éventer avec sa main.

Finalement une petite pluie pour rafraichir tout ça me ferait pas de mal… enfin un bain aussi mais à défaut, juste un peu de pluie irait. . Un instant, l’envie de chantonner pour se tenir compagnie lui prit, mais ses lèvres sèches réussirent à lui faire garder le silence quelques secondes et, réunissant ses forces, elle ouvrit une nouvelle fois ses yeux pour vérifier son avancée. L’avantage avec les rues de la zone gouvernementale c’est que même aveugles on pouvait avancer tout droit durant des plombes sans dévier de sa route. En effet… son cœur se réchauffa en voyant l’immense silhouette du ministère des armées devant elle. Soudainement un bruit se fit entendre autour d’elle et la voyageuse leva la voix pour se faire entendre, parlant dans un Ataraxien basique d’une voix qui se voulait forte et assurée mais qui devait (hélas) trahir bien facilement sa fatigue :

« Hey ! Y’a quelqu’un ici ? Montrez-vous ! »

Avait-elle revè ? La solitude la rendait elle folle ? Avait-elle un ami imaginaire ou un ragondin magique comme ange gardien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
{Coban Jaldéïde}

Coban Jaldéïde

Messages : 23
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 30

Feuille de personnage
Relations:
Inventaire:

Mon voisin Cocoro [Pv: Coban] _
MessageSujet: Re: Mon voisin Cocoro [Pv: Coban]   Mon voisin Cocoro [Pv: Coban] EmptyMer 16 Juin - 11:17

[HRP: ca y est, le voilà ! "^^]

Je me sens revivre.
L’air est lourd, le ciel est sombre à ceci près qu’une lumière intra-nuageuse effrayante m’apaise à un point inimaginable. Ce temps me fait l’effet d’un tranquillisant qui se frai lentement un chemin dans mes veines avant d’atteindre mon cœur, annihilant au passage toute angoisse.
Le stress le plus important du moment pour moi est causé par une commande de bolides pour le mois prochain, dont le design doit être totalement neuf. Là ! Il en faut de l’imagination pour faire ça ! Et encore si il ne fallait que ça... Car en plus (et c’est bien normal), il est nécessaire que le prototype soit constructible. Heureusement que je ne suis pas Croque Maïs, avec leurs technologies, je n’irai pas loin…. Les Adratées (un frisson me parcouru) encore, arriveraient surement à s’en sortir. Quand à ces neuneus d’Ataraxiens… si ils arrêtaient de s’entre écraser, ils pourraient peut être faire quelque chose de bien… Mais comme on dit, « Si ma tante en avait, ce serait mon oncle ».

Assise sur mon canapé devant ma baie vitrée, je joue distraitement avec Isbook, ma bestiole-robot de compagnie. Cet imbécile à encore fichu un sacré bazar dans mon appartement… Ah comme il est chou, je l’adore ! Sans lui, je m’ennuierai sacrément…
Alors que je regarde au dehors l’orage monter, j’aperçois un éclat brillant un instant près du quartier du Gouvernement.
Après tout, pourquoi pas ? Et si je faisais une ligne spéciale inspirée des ministères ?
Je bondis en lançant un « YES ! » de la victoire, faisant au passage valser Isbook contre la vitre. Oups… Boah, son dispositif anti-crash m’a coûté un bras, mais il est bien utile !

Vingt minutes après mon illumination, je file, pied au plancher, vers le quartier du Gouvernement. Je n’ai pas hésité avant d’enfourcher ma moto : si l’orage éclate, ce sera le moyen de transport le plus sûr et le plus rapide pour revenir chez moi.
Contre toute attente, j’ai décidé de passer d’abord par le Golem. En effet, cette statue imposante, avec la luminosité ambiante va me procurer l’idée de base dont j’ai besoin, j’en suis persuadée. Dommage qu’elle soit si proche de la frontière Shiverienne.

La zone est déserte, cela ne m’étonne pas. A cette heure et avec ce temps, qui serait assez fou pour sortir ? Pourtant, peu après que cette pensée, le radar de ma Magmay émet un bip sonore, me prévenant d’une trace de vie à deux rues de moi. Je bifurque pour me rapprocher au maximum et coupe le moteur.
J’ai chaud dans mon jean et mon T-shirt, je ne regrette donc pas d’avoir laissé chez moi les gants et les bottes au profit de mes mitaines et mes baskets, plus légères.

Un soupire et le bruit d’une pierre qui rebondit dans le vide intersidérale du quartier des armées à une heure du matin…

En un clin d’œil, je retrouve l’inconnu-e puisque vu sa silhouette, il s’agit forcement d’une femme. Une jeune femme d’ailleurs, peut être même une adolescente, elle semble assez faible. Ah, un jour ma bonté me perdra…
Je m’approche encore d’elle mais cette fois, elle m’a entendu. Je le sais car je ne tarde pas à percevoir le son de sa voix :

« Hey ! Y’a quelqu’un ici ? Montrez-vous ! »

Cette interjection est basique et on la retrouve très souvent chez les personnes qui ne se sentent pas en sécurité… Remarquez, même sans cela, le plus idiot des hommes serait capable de comprendre que la demoiselle n’est pas à l’aise grâce ou à cause de l’intonation instable de sa voix. Aucun doute qu’elle a peur de moi, ce qui me fait penser que, malgré la faiblesse qui parait la consumer, il se peut qu’elle soit dangereuse. Je maintiens une distance de sécurité avant de répondre d’une voix calme qui ne faisait cependant pas psychopathe ou tueur en série :
« Oui, il y a quelqu’un, vous avez l’air fatiguée, je peux vous aider ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Mon voisin Cocoro [Pv: Coban]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ataraxia :: Quartier gouvernemental (Centre) :: Le Golem (Ministère des armées)-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com